Search

Chargement...

Mathematique

About Me

michel
je ferais de mon mieu pour vous aider
Afficher mon profil complet

Blog Archive

Followers

La prise de décision dans l’entreprise


La prise de décision dans l’entreprise


Introduction :
  
  L’entreprise en  tant que structure socialement organisée suppose que soient définies  les modalités de  la prise de décision dans  l’entreprise. Cette action  repose entre autre sur  les  informations détenues par  les décideurs qui  leurs permettent de prendre des décisions en adéquation avec les objectifs poursuivis par l’entreprise.

  Pour étudier comment une entreprise prend une décision,  il  faut se poser un certain nombre de questions relatives à la définition même de la notion de décision.


1/ approfondissement dans la notion de prise de décision :


A /qu’est ce que une décision :

On peut définir la décision comme étant un < acte par lequel un ou des décideurs opèrent un choix entre plusieurs options permettant d’apporter une solution satisfaisante à un problème donné>


  Cette notion de décision a évolué dans  le  temps au  fur et à mesure que  ce sont transformés et complexifiés les procédures de prise de décision.

  Au  sens  classique  du  terme  on  assimile  la  décision  à  l’acte  par  lequel  un individu  (disposant du pouvoir de décider)   prend  les mesures  favorisant  la création et  la  répartition des  richesses dans une entreprise en  s’appuyant  sur un ensemble d’informations à sa disposition sur le marché.

  Dans son approche plus moderne, la prise de décision apparaît plutôt comme
« un  processus  d’engagement  progressif,  connecté  à  d’autres,  marqué  par l’existence  reconnue de  plusieurs  chemins pour parvenir au même et unique  but »
(L.Sfez).

Les  évolutions  du  concept  de  décision  est  révélatrice  d’un  certain  nombre d’évolutions dans la manière d’appréhender le processus de la prise de décision :

-  la décision n’est plus un acte unique et constant  fondé sur  la recherche du profit
mais  repose  sur  un  ensemble  successif  de  décisions  de  moindre  portée.
-  la décision n’est plus  fondée sur  la  recherche d’un seul objectif mais  intègre un nombre plus important de variables.

-  La décision intervient dans un contexte plus aléatoire dans le sens ou la manière d’atteindre l’objectif poursuivi peut passer par différents types d’actions.

Ces  évolutions  sont  compréhensibles  car  elles  ne  font  que  souligner  les
mutations  du  système  productif :  l’environnement  de  l’entreprise  est  devenu  plus
complexe,  plus  incertain  aussi  et  la  prise  de  décision  ne  repose  plus  sur  un  seul individu mais peut être partagée entre un nombre élevé d’acteurs agissant au sein de l’entreprise. 


  Cette multiplication du nombre de décideurs reflète par ailleurs la diversité des décisions qui doivent être prises dans une entreprise.


2/ le processus de la prise de décision en entreprise

Que ce soit une stratégie ou une gestion courante,  l’entreprise doit continuellement faire des choix en  fonction  de  ses  objectifs  parmi  plusieurs  possibilités  d’action.  Ces  choix  sont  faits  à  tous  les niveaux de l’entreprise autant pour des choix de stratégie, d’organisation, de gestion courante…
Les décisions  sont classées en  fonction de  leur horizon  temporel  (court, moyen ou  long  terme), de leur  degré  d’incertitude  (avenir  certain,  incertain  ou  aléatoire),  de  leur  champ  d’application (l’entreprise dans son ensemble, une  fonction ou un service) et de  leur degré de structuration d’un problème  (pas  forcément  facilement  identifiable, ce qui suppose une analyse préalable permettant de  structurer  le  problème  avant  d’envisager  des  solutions  possibles).  En  fonction  de  ces caractéristiques de décision, il a pu être défini 3 niveaux de décisions, les décisions stratégiques,  les décisions  administratives  et  les  décisions  opérationnelles  (classées  par  ordre  décroissant d’importance).

Les décisions  stratégiques engagent  l’avenir de  l’entreprise en choisissant  les objectifs de politique générale, les activités, les marchés, les manœuvres et les armes stratégiques.

Les décisions administratives en cohérence avec les décisions stratégiques, elles concernent un type de structure de  l’entreprise,  l’organisation,  l’acquisition et  le développement de ses ressources. Ces décisions ont une forte implication pour l’entreprise mais moindre que les décisions stratégiques.
Les  décisions  opérationnelles  rendent  opérationnelles  les  options  stratégiques  et  les  choix d’organisation comme la détermination des plannings et des niveaux de production, la définition des prix,  l’élaboration des politiques de marketing… Ces décisions sont plus  fréquentes, plus répétitives et  moins  risquées  du  fait  de  leurs  implications  plus  localisées  que  les  décisions  stratégiques  et administratives.

1-Les différentes phases d’un processus de décision :
Pour  prendre  une  décision  on  doit  faire  appelle  à  un  processus  de  résolution  de  problème  qui comporte au moins 4 étapes :
  -Définition du problème : c’est à dire que l’on détecte une différence entre ce qui existe et ce qui devrait exister.
  -Evocation  de  solutions  au  problème :  on  répertorie  différentes  solutions  possibles  afin d’évaluer ensuite chacune d’entre elles.
  -Choix d’une solution : on évalue chacune des solutions en fonction des objectifs du décideur.
  -Planification des différentes actions : mise en œuvre de la solution retenue.

2-La complexité du processus de prise de décision

Durant  le processus de  résolution d’un problème celui-ci peut être  influencé par plusieurs  facteurs tels que la qualité de l’information disponible, la personnalité des décideurs et/ou le fonctionnement de l’organisation.
Tout d’abord la qualité et la fiabilité des systèmes d’information influencent le processus décisionnel.
Puis  la  manière  dont  les  décideurs  perçoivent  l’environnement  de  la  décision,  analysent  les informations, interprètent les problèmes à résoudre n’est pas neutre. Leur raisonnement est entravé de  biais  cognitifs,  c’est  à  dire  que  leurs  caractéristiques  psychologiques  les  conduisent  à  une perception parfois erronée de  la  réalité. La décision peut être aussi  influencée par des  interactions sociales  qui  caractérisent  toute  organisation,  les  décisions  qui engagent  l’entreprise  demandent  la construction de compromis pour satisfaire tous les membres de l’organisation. 
Il existe des modèles de prise de décision car la prise de décision est un phénomène complexe qui ne se  réduit  pas  seulement  à  un  problème  de  traitement  d’informations  plus  ou moins  complètes  et fiables mais  dans  les  entreprises,  les  décisions  sont  influencées  par  des  règles  et  des  procédures internes mais aussi par les jeux de pouvoirs entre acteurs de l’organisation.
Pour que les décideurs puissent prendre des décisions, ils font appelle aux différents outils d’aide à la décision qui existent sur le marché. On parle de « Business Intelligence » ou d’aide à la décision cela consiste en  la combinaison de processus et d’instruments qui sont destinés à augmenter  l’efficacité compétitive  de  l’entreprise  en  utilisant  l’information.  Il  s’agit    de  collecter,  garder,  organiser  et rendre accessible  les  informations qui relèvent de  l’expérience et de  la pratique opérationnelle des travailleurs en plus des informations transactionnelles de base.
Pour que  les managers ou décideurs puissent piloter une entreprise,  ils ont besoin d’informations pertinentes, adapté aux besoins de la prise de décision. Pour cela les informations sont de différentes natures  (financières,  quantitatives,  qualitatives)  et  appartiennent  à  des  domaines  multiples (ensemble  des  activités  internes  de  l’entreprise,  les  marchés,  les  clients,  l’environnement).  Ces données doivent être synthétiques et structurées pour faciliter l’analyse et donner une vision globale de  la  performance  de  l’entreprise.  Depuis  une  quinzaine  d’années  des  systèmes  d’information spécialisés dans  l’aide au pilotage  interne se sont développés, on parle de « Business  Intelligence ».
Ces systèmes collectent  les  informations provenant de diverses sources et  les organisent au sein de bases de données  spécialisées  appelées Datawarehouse et Datamart.  Ils permettent de mettre en place des systèmes d’analyse et de synthèse des données opérationnelles ainsi que des tableaux de bord  dont  les  indicateurs  physiques  et  financiers  sont  utilisés  pour  évaluer  la  performance  de l’entreprise et en assurer son pilotage.