Search

Chargement...

Mathematique

About Me

michel
je ferais de mon mieu pour vous aider
Afficher mon profil complet

Followers

la mondialisation

                                                         Exposé sur la mondialisation:

                                          LA MONDIALISATION

PLAN:
1)historique
2)Quelques définitions actuels

3) LES CARACTERISTIQUES DE LA MONDIALISATION
A. mondialisation de l’information
B. L’internationalisation des économies
C. Les investissements directs à l’étranger
D.L’offshoring
E. La finance internationale


4) LES CONSEQUENCES DE LA MONDIALISATION
A. Au niveau des pays

B. Au niveau des entreprises

Les avantages
inconvénients
5) conclusion

historique
 La mondialisation remonte aux grandes expéditions maritimes des XVe et XVIe siècle (en particulier au premier tour du monde réalisé par Ferdinand Magellan en 1522) qui ont permis la création des empires coloniaux.


 Le terme de "mondialisation" est apparu, en français, en 1964 dans le cadre de travaux économiques et géopolitiques pour désigner l'extension des marchés industriels au niveau des blocs géopolitiques au moment de la Guerre froide.


Il s'est généralisé dans les années 1990, à partir de thèses du philosophe Marshall MacLuhan sur l'émergence d'un "village global", mais surtout par le fait des mouvements anti-mondialistes et alter mondialistes qui ont voulu attirer l'attention du public sur l'ampleur du phénomène.


Définition
 Le terme mondialisation désigne le développement de liens d'interdépendance entre hommes, activités humaines et systèmes politiques à l'échelle du monde. Ce phénomène touche la plupart des domaines avec des effets et une temporalité propres à chacun. Il évoque aussi parfois les transferts internationaux de main-d'œuvre ou de connaissances.

 Ce terme est souvent utilisé aujourd'hui pour désigner la mondialisation économique, et les changements induits par la diffusion mondiale des informations sous forme numérique sur Internet.
Mondialisation économique
 Convergence des marchés dans le marché entier(le marché unique).
 Un processus visant à imposer aux états les règles du jeu des entreprises internationalisées.
 Une nouvelle configuration de l’économie
 L’intégration globale, délocalisation des firmes.
La mondialisation économique

 Bref, la mondialisation est l'expansion du commerce dans une perspective de production et de diffusion sans frontières.

3) LES CARACTERISTIQUES DE LA MONDIALISATION


A) la mondialisation de l’information

 La grande nouveauté de la mondialisation du début du XXIe siècle est la mise en place de technologies de l'information (TIC), en sources ouvertes ou fermées, elles aussi à l'échelle mondiale.
 Avec l'accès à ces outils, la mondialisation touche autant les individus que les États ou les entreprises, avec une perception très variable selon les individus.
 Exemple le plus vivant est l’Internet


B). L’internationalisation des économies

A. L’internationalisation des économies
L’internationalisation des échanges renvoie un processus complexe qui tient compte du volume des transactions, de leur localisation et de leur structure.
1. Ouverture du commerce international

 Le commerce international a connu une expansion rapide dès la fin de la seconde guerre mondiale. En valeur, les échanges internationaux sont passés de 57 milliards à 3 650 milliards de dollars de 1947 à 1992

 Deux indicateurs d’ouverture des économies : (i) Le coefficient de dépendance : rapport entre les importations et le PIB, qui exprime la dépendance du pays relativement aux approvisionnements externes ; (ii) Le coefficient d’ouverture sur l’extérieur : rapport entre les exportations et le PIB, qui mesure la dépendance du pays relativement aux débouchés extérieurs. Pour des pays comme l’Allemagne et la France, la demande étrangère assure une part de plus en plus importante de la croissance économique (34,2% et 24,3%) alors que pour les Etats Unis et le Japon, le coefficient d’ouverture sur l’extérieur est respectivement de 10% et 11%.


 Une analyse plus fine de la structure par pays montre un changement important depuis la fin de la seconde guerre mondiale.

Les années 60 et 70 ont ainsi vu les USA perdre la position de domination sans partage qui était la leur (part des exportations des Etats Unis dans les exportations mondiales s’est en effet notablement amenuisée, passant de près de 25% du commerce mondial dans les années 50 à un peu plus de 10% aujourd’hui). Montée en puissance de l’Allemagne; du Japon, de la Chine, et de ce que l’on a longtemps appelé les NPI (nouveaux pays industriels (Brésil…).

 Développement rapide des échanges internationaux des services commerciaux : Les exportations de services représentent aujourd’hui à peu près 20% du total des exportations mondiales de biens et services.


2. L’organisation du commerce international

 La mondialisation ne désigne pas seulement une réalité économique. C’est aussi une démarche active des États pour établir des règles communes à l’échelle de la planète. L’Accord sur les tarifs douaniers et le commerce (GATT : General Agreement Tariffs and Trade)

C). Les investissements directs à l’étranger


 Les IDE sont des engagements de capital effectués en vue d’acquérir un intérêt durable dans une entreprise exerçant ses activités à l’étranger. Un IDE peut servir à :

- créer une entreprise par un investisseur étranger -acquérir au moins 10% du capital social d’une société étrangère déjà existante
- réinvestir des bénéfices par la filiale
- faire les opérations entre maison mère et filiales (prêts, augmentation de capital…)

 Ces investissements directs furent l’oeuvre de firmes multinationales (FMN): ce sont des entreprises qui ont implanté des unités de production hors de leur territoire national.

 Selon le dernier rapport de la CNUCED, le total des investissements directs dans le monde serait passé de 349 à plus de 1000 milliards de dollars de 1996 à 2007. Cet essor a été stimulé par l’accélération des fusions et acquisitions d’entreprises, notamment aux USA et Europe Occidentale..




D)l’Offshoring
 L’offshoring désigne la délocalisation des activités de service ou de production de certaines entreprises vers des pays à bas salaire.

 Ce phénomène a commencé dans les années 70 par des entreprises américaines [réf. nécessaire]. Après s'être longtemps tenues à l'écart de ce mouvement, les entreprises européennes se sont progressivement rendu compte qu’elles pouvaient elles aussi réduire leurs coûts en délocalisant
.
 Les entreprises peuvent trouver les compétences nécessaires à leur développement en faisant appel à des sous-traitants spécialisés d'autres pays: dans ce cas, on parlera d'outsourcing offshore. Si ces entreprises sont des filiales de l'entreprise, on parlera d'investissement direct à l'étranger (IDE).

 Ces délocalisations ont surtout pour but d’assurer des services tels que la maintenance d’applications informatiques, les centres d'appel, la gestion, l’achat, etc.
Ex:ofshoring au Maroc
 Première destination offshore d’Afrique, le Maroc entend figurer en bonne place sur ce marché toujours plus concurrentiel où les pays de l’Asie du Sud Est et de l’Europe de l’Est notamment sont de plus en plus attractifs

 Le Maroc possède de nombreux atouts pour attirer les entreprises européennes: sa proximité géographique et culturelle avec l’Europe, les langues (arabe, français,espagnol), le cadre de vie qu’il propose, et des coûts bien moindres que dans les pays industrialisés notamment en termes de main d’oeuvre, d’infrastructures et de fiscalité.


 Mais également d’autres atouts, plus récents, issus de la volonté du pays de s’aligner sur les meilleurs standards internationaux afin de séduire les investisseurs étrangers : des infrastructures modernes, une offre Télécom performante et diversifiée ainsi que des zones spécialement dédiées aux activités liées aux technologies de l’information et à l’offshoring.




 Le Royaume a ainsi considérablement modernisé son secteur des TIC et fait le choix d’une politique volontariste dans le but d’attirer les investisseurs étrangers et de faire de l’offshoring, et plus encore du nearshoring qui désigne les services externalisés aux entreprises de pays voisins dont la France, l’une des pierres d’angle de la croissance marocaine.

Les centres d’appels :

 Plusieurs grandes références internationales sont présentes au Maroc (B2S, Clientlogic, Atento, Webhelp, Coaxis, Sitel…), ainsi que d’importants centres marocains (I2C, Phonéo, Accolade…) qui travaillent principalement à l’international pour des clients comme Téléphonica, Tiscali, Cégétel, France Télécom, Fedex, ou encore Yves Rocher.

 D’autres opérateurs comme Dell possèdent leur propre centre d’appel intégré.



 La majorité des centres est située sur l’axe Casablanca/Rabat. Cependant d’autres villes attirent de plus en plus de centres d’appels, en particulier Tanger ou Tétouan pour le marché hispanophone ainsi que Fès et Marrakech.

 On rencontre 4 grandes catégories de centres d’appels :
- Des centres industriels
- Des centres semi industriels
- Des centres de type PME
- Des centres à taille humaine.

 Le gouvernement estime qu’à l’horizon 2015, le secteur de l’offshoring devrait employer 100 000 personnes et contribuer pour 1,5 milliards d’euros au PIB du royaume.




E). La finance internationale

 La naissance d’un Système Monétaire International (SMI)
 C’ est un ensemble de règles et d’institutions qui régissent comment, en quoi et à quel prix les monnaies s’échangent entre elles. Les règles sont écrites (SMI de Bretton Woods en 1944, le SMI remanié en 1976), les institutions sont officielles et font respecter les règles (le FMI) : il faut que la monnaie soit convertible en moyens de paiement acceptés au niveau international et qui vont constituer les réserves de change des banques centrales



 Les mouvements de capitaux par plusieurs manières:
 la règle des 3 D :
 désintermédiation
 décloisonnement
 déréglementation

 La désintermédiation est le recours direct des opérateurs internationaux aux marchés financiers (finance directe) sans passer par les intermédiaires financiers et bancaires (finance indirecte) pour effectuer leurs opérations de placement et d’emprunt.

 Le décloisonnement des marchés est l’abolition des frontières entre les marchés séparés, l’ouverture à l’extérieur des marchés nationaux et aussi à l’intérieur de ceux-ci (le SFI est le méga-marché de l’argent). Le réseau est interconnecté et en fonctionnement continu.

 La déréglementation facilite la circulation internationale du capital.



4). LES CONSEQUENCES DE LA MONDIALISATION
Trois phénomènes sont implicitement liés à la mondialisation :

- Après la quasi-élimination des droits de douane sur de nombreux biens, l’attention s’est portée, d’une part sur les barrières non tarifaires, et d’autre part sur les obstacles aux échanges de services  vagues de déréglementation dans les années 80

- Le progrès technique a été également un puissant facteur de mondialisation grâce à la réduction de la distance économique entre les pays.

- Interactions qui se sont développées entre le progrès technique et les vagues de déréglementation. Ces interactions ont été particulièrement fortes dans le domaine des télécommunications (Réseaux, Multimédia, Internet....) et de la finance (innovations financières, perfectionnement des techniques financières)
A. au niveau des pays
Pays riches:
la mondialisation économique comporte deux bénéfices essentiels. Le premier profite au consommateur, qui a accès à un éventail plus large de biens (diversité) à un prix plus faible que s'ils étaient fabriqués dans le pays même
Les pays riches souffrent en revanche de la délocalisation de leurs industries intensives en main-d'œuvre peu qualifiée, ainsi que de la concurrence accrue entre pays riches eux-mêmes
Nouveaux pays industrialisés (NPI):
les nouveaux pays industrialisés semblaient les grands gagnants de la mondialisation économique. Profitant d'une main-d'œuvre qualifiée et à faible coût, ils ont bénéficié d'investissements très importants en provenance des pays riches, ce qui leur a permis de construire une économie moderne et un système de formation solide, de sortir de la pauvreté
Pays pauvres:
Au niveau économique, les pays les plus pauvres restent largement en dehors du processus de mondialisation.

 Un moyen de bénéficier de transferts technologiques. Même si les pays bénéficiaires sont déjà en cours de développement et disposent de compétences suffisantes pour justifier d'un transfert de technologie.
 Une ouverture des marchés du Nord aux exportations du Sud qui suivent les flux des filiales implantées à l'étranger
 La fluidité des mouvements financiers, le développement des moyens de transport, de télécommunication, la délocalisation de l'activité ,la libéralisation des échanges.


B. Au niveau des entreprises
Avantages de la mondialisation pour les entreprises:
 Marché plus étendu : une entreprise vend dans tous les pays, directement par l'intermédiaire de filiales ou par Internet, par distributeurs locaux…
 L’étendue des marchés favorise les economies d’échelle et l’utilisation plus efficace des resources de la planète.
 Répartition géographique, donc baisse des risques commerciaux (mévente, cours d'une devise..), moins de risque d'être paralysé par une grève ou une guerre
 Accès aux investissements en provenance de tous les pays, donc les plus concurrentiels et les plus avantageux possibles.







 la participation de plusieurs filiales d'une même entreprise à la fabrication d'un article donné ou à la fourniture d'un service donné, la mondialisation facilite les sous-traitances. De plus en plus, donc, une entreprise multinationale doit se demander pour chaque gamme de produits :
 dans quel pays elle doit les concevoir ?
 où fabriquer tel ou tel sous-ensemble ?
 où effectuer l'assemblage final ?
 où implanter le centre de support téléphonique ?
 dans quel pays situer la société qui verra apparaître les bénéfices parce qu'ils y sont moins taxés, etc.. ?




 Pour beaucoup de produits très connus dont les composants proviennent d'un peu partout, comme les iPods d'Apple et les PC de DELL, on devrait trouver dessus des étiquettes : « Made in World ».
 Grâce au large domaine de concurrence que la mondialisation oblige, les entreprises cherchent toujours a innover pour s’en échapper.
 On distingue :
-L'innovation technique (produits et services nouveaux, meilleurs, moins chers, plus abondants, plus vite disponibles)
- L'innovation organisationnelle : pour améliorer la productivité [43], la qualité (ISO 9000), le délai, etc


Un coût de revient minimal :
Les grandes entreprises cherchent toujours a diminuer le coût de revient par l’ide et la délocalisation dans des pays a bas salaire.


 inconvénients de la mondialisation pour les entreprises:

 Les FMN suppriment les emplois du pays d’origine et créent le malheur des PME locales
 elles abusent de leur pouvoir : instruments de l’impérialisme des PI
 elles peuvent bousculer les politiques économiques du pays d’accueil car elles ont une double nature : nationale et internationale
Certaines firmes ont un CA supérieur au PIB du pays d’accueil. Les Etats ne maîtrisent plus ces firmes qui échappent à la législation en faisant des profits là où la fiscalité est la plus intéressante.
 elles peuvent faire pression sur les gouvernements (subventions)
 pour les emplois qualifiés, elles font appel à la main d’oeuvre du pays d’origine

Facilite la circulation des produit a bas prix et non contrôlés
C’est le cas de quelques produit chinois
Facilite aussi la circulation des crises financière :
Ex: la crise financière actuel
conclusion
 La mondialisation apparaît alors comme une arme à double tranchant, un phénomène à deux volets où deux forces antagonistes se livrent à un duel acharné. Aussi, l’analyse d’un volet à l’exclusion de l’autre nous présenterait la mondialisation, selon l’angle de vue qu’on adopte, d’une part comme la promesse d’un paradis sur terre et d’autre part, comme un enfer horrible : l’ange et la bête réunis dans une même entité.
 “On peut atténuer les dommages causés par la mondialisation, mais on ne peut pas arrêter le processus”
(Amartya Sen, Prix Nobel de la Paix 1998